Les forces israéliennes attaquent le bureau de DEI-Palestine, confisquent des ordinateurs et des fichiers clients

Communiqué de presse

Ramallah, 29 juillet 2021 – Les forces israéliennes ont fait une descente au siège de Défense des Enfants International – Palestine (DEI-P) dans le centre de la Palestine occupée, confisquant des ordinateurs et des fichiers de clients, tôt jeudi matin.

 

Les forces paramilitaires israéliennes de la police frontalière ont fait une descente au siège de DEI-P situé dans le quartier de Sateh Marhaba à Al-Bireh, situé juste au sud de Ramallah vers 5h15 du matin le 29 juillet. Plus d’une douzaine de soldats israéliens ont forcé l’ouverture de la porte d’entrée verrouillée du bureau et ont confisqué six ordinateurs de bureau, deux ordinateurs portables, des disques durs et des fichiers clients liés à des enfants palestiniens détenus représentés par les avocats de DEI-P devant les tribunaux militaires israéliens. Aucun document n’a été laissé dans le bureau pour donner une indication sur la raison du raid, et ils n’ont laissé aucun reçu de matériel saisi.

 

«Ce dernier acte des autorités israéliennes fait avancer une campagne en cours pour réduire au silence et éliminer la société civile palestinienne et les organisations de défense des droits humains comme DEI-P», a déclaré Khaled Quzmar, Directeur général de DEI-P. «Les autorités israéliennes doivent immédiatement mettre fin aux efforts visant à délégitimer et à criminaliser les défenseurs des droits humains palestiniens et les organisations de la société civile, et la communauté internationale doit demander des comptes aux autorités israéliennes.»

 

Des images de vidéosurveillance de l’intérieur du bureau de DEI-P montrent les forces israéliennes entrant dans les locaux à 5 h 15. Les soldats israéliens se déplacent dans le bureau de DEI-P en rassemblant des ordinateurs fixes, des ordinateurs portables et des fichiers, puis ont coupé l’alimentation de la caméra de vidéosurveillance à 5 h 27.

 

Les organisations humanitaires et de défense des droits de l’Homme israéliennes, palestiniennes et internationales sont confrontées à un environnement opérationnel de plus en plus difficile et à un espace civique qui se rétrécit en Israël et en Palestine occupée, y compris Jérusalem-Est et la bande de Gaza. Les tentatives récentes de délégitimer les organisations humanitaires et de défense des droits humains opérant dans le territoire palestinien occupé, en particulier, se sont multipliées ces dernières années, affectant négativement leur capacité à fournir une assistance et à défendre les droits humains des Palestiniens.

Des tentatives de délégitimation et de désinformation ont été propagées par un réseau d’organisations de la société civile israélienne nationaliste montante et d’organisations associées ailleurs, avec le soutien du ministère israélien des Affaires étrangères. Ces efforts prennent la forme de campagnes de diffamation ciblées et organisées fondées sur une série d’allégations liées à la violation de la législation antiterroriste et du droit international. Dans la plupart des cas, sinon tous, ces allégations sont erronées, dénaturent et déforment des éléments factuels ou juridiques critiques.

 

En février 2020, à la suite d’une campagne de diffamation menée par des responsables israéliens et des organisations de droite, le gouvernement belge a effectivement annulé son invitation à Brad Parker, conseiller principal de DEI-P pour les politiques et le plaidoyer, à s’adresser au Conseil de sécurité de l’ONU. Parker avait été invité à informer les membres du Conseil de sécurité sur les violations des droits des enfants en Israël et dans le territoire palestinien occupé.

 

En juin 2019, DEI-P, représentée par Bindmans LLP, a engagé une procédure en diffamation contre le groupe britannique UK Lawyers for Israel (UKLFI) à Londres devant la Haute Cour de justice pour avoir publié des articles de blog sur leur site Web et envoyé des lettres à des donateurs institutionnels les informant que DEI-Palestine avait des « liens » étroits avec un groupe terroriste désigné. UKLFI a allégué que « les dons à DEI-Palestine ont encouragé et/ou facilité des actes de terrorisme » et a menacé de signaler les donateurs aux autorités compétentes s’ils ne cessaient pas de fournir un soutien financier à DEI-P. En mars 2020, DEI-Palestine est parvenue à un règlement dans son affaire de diffamation dans laquelle l’UKLFI a rétracté les allégations selon lesquelles DEI-P apporterait un soutien aux organisations terroristes.

 

« Plutôt que d’exiger que les forces israéliennes mettent fin aux violations graves du droit international ou que les autorités israéliennes tiennent les coupables pour responsables, les forces nationalistes conservatrices montantes en Israël, y compris les ministères et les agences du gouvernement, visent à réduire au silence et à éliminer le travail légitime des droits humains qui expose les violations généralisées des droits humains des Palestiniens pendant l’occupation militaire par Israël », a déclaré Quzmar.

 

DEI-P est une organisation palestinienne indépendante et locale de défense des droits de l’enfant qui se consacre à la défense et à la promotion des droits des enfants vivant en Cisjordanie, y compris à Jérusalem-Est et dans la bande de Gaza. Pendant 30 ans, DEI-Palestine a enquêté, documenté et exposé de graves violations des droits humains contre les enfants palestiniens ; fourni des services juridiques aux enfants dans le besoin urgent; a tenu les autorités israéliennes et palestiniennes pour responsables des principes universels des droits de l’homme ; et a plaidé aux niveaux international et national pour faire progresser l’accès à la justice et la protection des enfants.

 

DEI-P passe par tous les mécanismes internationaux et rigoureux de vérification financière et de diligence raisonnable, y compris la vérification des informations par rapport aux listes de surveillance des banques, des forces de l’ordre et du Département du Trésor américain du contrôle des actifs étrangers (OFAC). DEI-P est aussi contrôlée et soutenue par diverses institutions internationales, régionales et nationales, ainsi que par des partenaires gouvernementaux et des donateurs. Tous les programmes de DEI-P, y compris les travaux de suivi et de documentation et les résultats fondés sur des preuves, restent indépendants et strictement basés sur le droit international des droits de l’homme et le droit international humanitaire.

 

« Alors que le gouvernement israélien s’enhardit de plus en plus et agit pour criminaliser les droits humains légitimes et le travail humanitaire mené par les organisations palestiniennes de défense des droits humains et de la société civile, je suis profondément préoccupé par le fait que les poursuites à motivation politique devant les tribunaux militaires israéliens deviennent la norme », a déclaré Quzmar.

LISEZ le communiqué de presse de DEI-Palestine sur leur site web ICI (EN)

LISEZ le communiqué de presse en arabe ICI

Suivez les comptes de médias sociaux de DCI-Palestine pour les dernières mises à jour: Twitter | Facebook | Instagram | YouTube

This post is also available in: EN, ES

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn