Les enfants privés de liberté

La privation de liberté est une question transversale qui s’applique à toutes nos thématiques prioritaires: justice pour enfants, violence envers les enfants, enfants migrants et enfants affectés par un conflit armé. La privation de liberté est, et a toujours été, le principal domaine de compétence de DEI.  À l’échelle internationale, les activités de DEI dans ce domaine comprennent la rédaction de l’Ensemble de règles minima des Nations Unies pour l’administration de la justice pour enfants (1985) et le suivi de l’Observation générale n ° 10 de la CDE sur la justice pour enfants (2007). Depuis 2013, DEI a consenti les efforts de la société civile pour faire prendre conscience de la nécessité de porter une attention urgente aux enfants privés de liberté, notamment par le biais d’un plaidoyer auprès du Conseil des droits de l’Homme et du Comité des droits de l’enfant des Nations Unies. DEI a été à l’avant-garde du plaidoyer en faveur sur les enfants privés de liberté – en cours de réalisation – et convoque à présent le panel d’ONG chargé de l’accompagner. Nous participons activement aux efforts de recherche et de plaidoirie en faveur de l’étude, qui sera présentée à l’Assemblée Générale des Nations Unies en octobre 2019 par le professeur Manfred Nowak, expert indépendant chargé de l’étude. En 2018, DEI a co-organisé la consultation régionale à Addis-Abeba, en Éthiopie, et a également participé et soutenu d’autres efforts à Paris, France et à Pretoria, Afrique du Sud.

Les sections nationales de DEI effectuent également plusieurs travaux avec les enfants privés de liberté à travers le monde, y compris la fourniture de services juridiques directs.

Quelques exemples de travaux de nos sections nationales englobent le projet «Enfants derrière les barreaux 2.0», dans le cadre duquel DEI-Belgique et DEI-Italie, aux côtés d’autres parties prenantes gouvernementales et d’organisations de défense des droits de l’Homme, cherchent à faire avancer la protection des enfants privés de liberté en améliorant les conditions de détention, notamment par le contrôle constant et la formation de professionnels de justice. En 2017, le projet a connu des avancées avec la participation de 200 professionnels de justice et 30 enfants privés de liberté.

DEI-Belgique, DEI-Italie et DEI-Pays-Bas travaillent étroitement pour protéger les droits des enfants privés de liberté dans le cadre du projet « My Lawyer, my Rights ». Ce projet prône la mise en œuvre efficiente et le suivi effectif des directives européennes sur le droit d’accès à un avocat dans le cadre d’une procédure pénale; sur les garanties procédurales accordées aux enfants suspects ou accusés dans des procédures pénales; sur le droit à l’interprétation et à la traduction; et sur le droit à l’information. En 2017, le rôle de l’avocat des enfants dans les États membres de l’UE et de leurs systèmes judiciaires pour mineurs a été cartographié et une base de données en ligne a été créée pour permettre un accès facile à ces informations. Au cours de l’année, environ 500 jeunes avocats, responsables et décideurs ont été formés dans le cadre de ce projet.

Global Study

Les Enfants privés de liberté

«Les enfants privés de liberté connaissent un vide statistique, leur nombre varie, allant de dizaines à des millions», a déclaré Jan Eliasson, Secrétaire Général Adjoint des Nations Unies.