Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Malgré le nombre croissant de conflits dans le monde et les migrations internes et externes, les enfants privés de liberté restent une population souvent oubliée et invisible. De nombreux enfants sont placés dans des conditions et des installations inhumaines où leurs droits sont violés, et ils subissent des actes de violence et des traitements dégradants. La raison la plus importante de la privation de liberté des enfants est le manque de soutien adéquat aux familles, aux soignants et aux communautés pour fournir des soins et un soutien appropriés pendant le développement des enfants.

En effet, jusqu’à la publication de l’Étude mondiale sur les enfants privés de liberté, il n’existait tout simplement aucune donnée fiable sur le nombre d’enfants privés de liberté dans le monde. Sans ces chiffres, la question ne peut être traitée correctement et les droits de millions de ces « enfants invisibles » ne sont pas respectés.

Trois ans après la publication de l’Etude mondiale, le Forum mondial, organisé par Défense des Enfants International, Terre des hommes et la Représentante spéciale du Secrétaire général sur la violence contre les enfants organisé à Nouakchott, Mauritanie, les 8 et 9 novembre 2022, a été l’occasion de faire le point et de définir les actions à mener pour les années à venir. En ce sens, le Forum mondial avait pour objectif de discuter, d’analyser et de formuler de nouvelles recommandations sur les questions urgentes de la justice pour les enfants et de la privation de leur liberté.

Depuis 2013, DEI a consenti les efforts de la société civile pour faire prendre conscience de la nécessité de porter une attention urgente aux enfants privés de liberté, notamment par le biais d’un plaidoyer auprès du Conseil des droits de l’Homme et du Comité des droits de l’enfant des Nations Unies.

 

DEI a été à l’avant-garde du plaidoyer en faveur sur les enfants privés de liberté – en cours de réalisation – et convoque à présent le panel d’ONG chargé de l’accompagner. Nous participons activement aux efforts de recherche et de plaidoirie en faveur de l’étude, qui a été présenté à l’Assemblée Générale des Nations Unies en octobre 2019 par le professeur Manfred Nowak, expert indépendant chargé de l’étude.

 

En 2018, DEI a co-organisé la consultation régionale à Addis-Abeba, en Éthiopie, et a également participé et soutenu d’autres efforts à Paris, France et à Pretoria, Afrique du Sud.

Les sections nationales de DEI effectuent également plusieurs travaux avec les enfants privés de liberté à travers le monde, y compris la fourniture de services juridiques directs.

 

Quelques exemples de travaux de nos sections nationales englobent le projet «Enfants derrière les barreaux 2.0»dans le cadre duquel DEI-Belgique et DEI-Italie, aux côtés d’autres parties prenantes gouvernementales et d’organisations de défense des droits de l’Homme, cherchent à faire avancer la protection des enfants privés de liberté en améliorant les conditions de détention, notamment par le contrôle constant et la formation de professionnels de justice. En 2017, le projet a connu des avancées avec la participation de 200 professionnels de justice et 30 enfants privés de liberté.

 

DEI-Belgique, DEI-Italie et DEI-Pays-Bas travaillent étroitement pour protéger les droits des enfants privés de liberté dans le cadre du projet “My Lawyer, my Rights”. Ce projet prône la mise en œuvre efficiente et le suivi effectif des directives européennes sur le droit d’accès à un avocat dans le cadre d’une procédure pénale; sur les garanties procédurales accordées aux enfants suspects ou accusés dans des procédures pénales; sur le droit à l’interprétation et à la traduction; et sur le droit à l’information.

 

En 2017, le rôle de l’avocat des enfants dans les États membres de l’UE et de leurs systèmes judiciaires pour mineurs a été cartographié et une base de données en ligne a été créée pour permettre un accès facile à ces informations. Au cours de l’année, environ 500 jeunes avocats, responsables et décideurs ont été formés dans le cadre de ce projet.

Forum Mondial sur la Justice pour les Enfants et la Privation de Liberté

Le Forum mondial était un événement multipartite avec de nombreuses perspectives différentes sur la question, accueillant de nombreux participants divers, tels que des représentants du Panel d’ONG sur les enfants privés de liberté, des représentants d’agences des Nations Unies, le Comité des droits de l’enfant des Nations Unies, des fonctionnaires du gouvernement mauritanien, et des praticiens des droits de l’enfant aux niveaux national, régional et international, entre autres.

 

Les discussions en plénière et en petits groupes ont permis d’élaborer une feuille de route pour guider nos activités conjointes sur la justice et la privation de liberté au cours des deux prochaines années (2023-2024). La feuille de route identifie les principales recommandations de l’Étude mondiale sur les enfants privés de liberté qui doivent être mises en œuvre de toute urgence, ainsi que les principales initiatives et opportunités de collaboration entre les parties prenantes. La Feuille de route pour l’action 2023-2024 sera publiée en mars 2023 ici.

 

Cliquez ici pour lire le Résumé du Forum mondial.

This post is also available in: EN, ES