Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Pré-session de l’EPU: DEI-Mauritanie présente ses recommandations

Le 8 Octobre 2015, DEI-Mauritanie / AMSME a présenté ses recommandations à la pré-session de l’Examen Périodique Universel de la Mauritanie. L’examen officiel de l’État de la Mauritanie a eu lieu le Mardi 3 Novembre 2015, et un certain nombre d’Etats ont soutenu les diverses recommandations formulées par DEI-Mauritanie.

UPR Mauritania

Malgré les nombreux efforts accomplis par le gouvernement mauritanien, DEI-Mauritanie a constaté qu’un certain nombre de violations envers les droits des femmes et des enfants persistaient toujours dans le pays. DEI-Mauritanie a particulièrement mis en évidence la prédominance des actes de violence sexuelle commis contre les femmes et les enfants, avec 1 960 cas d’abus et de viols d’enfants signalés entre 2010 et 2015, et certaines failles dans le système national de justice pour mineurs. DEI-Mauritanie a également constaté que 69% des filles continue à être soumises à la pratique des mutilations génitales féminines (MGF) et que 32% des enfants sont mariés avant l’âge de 18 ans.

Face à ses différents problèmes, DEI-Mauritanie a recommandé au gouvernement mauritanien de mettre en œuvre les mesures suivantes:

Sur le Genre

Élaborer et mettre en œuvre des plans d’action visant à lutter contre toutes formes de discrimination et de violence contre les femmes, notamment à travers des programmes de sensibilisation plus ciblés et à renforcer la collaboration avec les organisations de la société civile. Le Royaume-Uni a soutenu cette recommandation.

Sur la Violence Sexuelle et la Mutilation Génitale Féminine

Adopter une législation qui définit clairement et criminalise efficacement toutes les formes de violence sexuelle contre les enfants et les femmes, y compris le viol ;

Appuyer la volonté du gouvernement mauritanien à appliquer la criminalisation des MGF et veiller à ce que celle-ci s’applique en toutes circonstances. Les Philippines ont partagé cette recommandation en vue de renforcer les efforts de lutte contre les MGF;

Établir une stratégie préventive et efficace contre les pratiques traditionnelles nuisibles au bien-être de l’enfant, notamment les MGF, et développer cette stratégie en collaboration avec les organisations de la société civile. La Lettonie a appuyé cette recommandation et la Namibie a proposé qu’un programme d’action national soit mis en place;

Des campagnes de sensibilisation sur les effets néfastes des MGF sur la santé et l’estime de soi des enfants;

Soutenir concrètement les centres dirigés par les ONG qui apportent une aide et une assistance aux victimes, notamment pour garantir leur réadaptation et leur réinsertion ;

Établir des mécanismes judiciaires et de suivi efficaces pour punir les auteurs de violences à l’égard des enfants et pour éviter les règlements amiables;

Diffuser la Convention relative aux droits de l’enfant à travers des programmes de sensibilisation au niveau national et en renforçant la collaboration avec les organisations de la société civile. Les États de l’Ouganda, du Maroc et du Qatar ont soutenu cette recommandation et les États de la Sierra Leone, du Vietnam et de l’Ethiopie ont proposé que ces programmes soient également mis en œuvre dans les écoles.

Sur le mariage des enfants

Appliquer concrètement la loi empêchant le mariage avant 18 ans et revoir la responsabilité qui est accordée au tuteur légal de l’enfant;

Sur le travail des enfants

Appliquer de manière efficace les lois interdisant le travail des enfants. Cette recommandation a été réitérée par les États de la Sierra Leone, de la Palestine et de l’Italie;

Lancer un programme de sensibilisation à l’échelle nationale pour éliminer le travail des enfants et veiller à ce que les familles reçoivent un soutien adéquat et complet afin de protéger leurs enfants. L’Ouganda, le Maroc et le Qatar ont partagé cette recommandation et la Sierra Leone, le Vietnam et l’Éthiopie ont proposé de mettre en œuvre des campagnes de sensibilisation sur le travail des enfants dans les écoles.

Définir et mettre en œuvre un plan d’action national pour mettre fin au phénomène des talibés et pour protéger les enfants se retrouvant en situation de vulnérabilité. La Malaisie a émis une recommandation similaire en soulignant la nécessité d’apporter une attention particulière aux enfants des rues.

 

DEI-Mauritanie à l’intention de poursuivre son travail de suivi des droits des enfants et des femmes et d’aider le gouvernement mauritanien à trouver des solutions afin de résoudre les problèmes qui ne cessent d’affecter le bien-être des enfants et des femmes.

La prochaine pré-session de l’EPU se tiendra au mois de décembre avec notamment la Belgique et la Sierra Leone. Nos deux sections nationales soumettront leurs recommandations.

Consultez la liste complète des recommendations faites par DEI-Mauritanie.

This post is also available in: EN, ES