L’expression «toute forme de violence, d’atteinte ou de brutalités physiques ou mentales» ne laisse aucune place à un quelconque degré de violence à caractère légal contre les enfants. La fréquence des atteintes, leur gravité et la volonté de faire du mal ne sont pas des éléments obligatoires des définitions de la violence […] Les États parties doivent définir des normes nationales pour le bien-être, la santé et le développement de l’enfant car ces éléments sont le but principal de la prise en charge et de la protection de l’enfant. (art. 19.1 UNCRC, GC 13)

La violence est une épidémie mondiale et une triste réalité quotidienne touchant des millions d’enfants. Des enfants de tous âges, de tous sexes, de tous milieu sociaux et de toutes nationalités, sont battus, agressés sexuellement, torturés, et même tués. La violence a lieu dans leur maison et leur famille, dans les écoles, les institutions, les lieux de travail et les communautés.

Les responsables sont souvent des proches – leurs parents, tuteurs, professeurs, employeurs, la police et les forces de sécurité – des individus censés les protéger. La violence envers les enfants est un problème existant depuis des siècles et représente un affront à la moralité universelle et à la conscience sociale. Cette espèce de goudron sur le développement humain doit cesser. C’est seulement en 2006 que la première étude mondiale sur la violence envers les enfants (le Rapport mondiale de l’ONU sur la violence à l’encontre des enfants) a été publiée – révélant ainsi la portée et l’échelle des violations à travers le monde.

Reconnaissant, suite à l’enquête de 2006 de l’ONU, le besoin urgent d’action imminente pour prévenir et répondre à la violence à l’encontre des enfants sous toutes ses formes, le Secrétariat International de Défense des Enfants International (DEI-SI) a signé un appel international à agir pour mettre fin à la violence à l’égard des enfants et nommer un Représentant Spécial auprès du Secrétaire-Général de l’ONU chargé de la violence à l’encontre des enfants. La demande d’action a été entendue et a obtenu 2123 signatures. En 2009, l’Assemblée Générale de l’ONU a défini le rôle du Représentant Spécial après du Secrétaire-Général (RSSG) chargé de la violence à l’encontre des enfants(EN) pour un mandat de trois ans.

DEI-SI a, depuis, contribué régulièrement au travail du RSSG chargé de la violence à l’encontre des enfants.

Afin d’offrir un soutien international permanent pour la mise en œuvre efficace des recommandations de 2006, dans le cadre de l’étude menée par l’ONU, DEI est devenue membre du Conseil International des ONG sur la violence à l’encontre des enfants (CoIn), qui est composé de 18 membres, à savoir 9 membres internationaux et 9 représentants régionaux. Les représentants internationaux viennent d’ONG internationales, qui pour la plupart, soutiennent activement l’Étude. Des représentants régionaux représentent les neuf régions identifiées durant l’Étude et sont nommés en interne, au sein des réseaux régionaux. Le CoIn encourage et facilite l’engagement des ONG aux niveaux national, régional et international dans le suivi du travail de plaidoyer avec les gouvernements, agences de l’ONU et autres; identifie les priorités-clés et développe des activités de suivi et des stratégies avec le RSSG de l’ONU sur la Violence à l’Encontre des Enfants; identifie et transmet d’importantes informations concernant la VEE depuis le niveau du terrain jusqu’au RSSG et d’autres organes compétents de l’ONU; utilise et renforce les chaînes et réseaux d’informations existants pour informer la communauté des ONG des droits de l’Homme; soutient le RSSG dans le développement d’un mécanisme pour la participation des enfants et jeunes dans les activités de suivi; participe au processus de mise en œuvre de contrôles par les États-membres; et développe des outils de promotion pour les ONG nationales.

DEI est également membre du Groupe de Travail de Child Rights Connect relatif aux sujets de la violence envers les enfants (EN), ainsi que l’ancien co-responsable du même groupe.

La violence envers les enfants reste une question fondamentale et transversale dans tout le travail que DEI réalise à travers le monde. Toutes nos actions visent à empêcher et répondre à la violence à l’encontre des enfants dans tous les contextes, mais en particulier dans le domaine de la justice pour mineurs.

Pour atteindre des résultats concrets dans la lutte contre la violence à l’encontre des enfants, DEI concentre son travail sur:

  • Le plaidoyer et lobbying auprès du Conseil des Droits de l’Homme (CDH) et ses mécanismes, pour l’élimination de toutes formes de violence envers les enfants au niveau international via des réunions avec les titulaires de mandat du groupe de Procédures Spéciales du HCNU, des déclarations orales et écrites, des rapports alternatifs à l’Examen Périodique Universel (EPU), etc.
  • La sensibilisation et le plaidoyer auprès des gouvernements en faveur d’actions sur la base des recommandations faites au niveau international à l’occasion de l’étude de l’ONU sur la violence à l’encontre des enfants. Offrir aux sections nationales un renforcement de leurs capacités dans leur travail de promotion au niveau régional et national;
  • La mise en place d’une base de données et des activités de sensibilisation aux problèmes cachés derrière la violence à l’encontre des enfants au travers d’élaboration de rapports thématiques et de newsletters.

This post is also available in: ES