L’expression «toute forme de violence, d’atteinte ou de brutalités physiques ou mentales» ne laisse aucune place à un quelconque degré de violence à caractère légal contre les enfants. La fréquence des atteintes, leur gravité et la volonté de faire du mal ne sont pas des éléments obligatoires des définitions de la violence […] Les États parties doivent définir des normes nationales pour le bien-être, la santé et le développement de l’enfant car ces éléments sont le but principal de la prise en charge et de la protection de l’enfant. (art. 19.1 UNCRC, GC 13)

La violence est une épidémie mondiale et une réalité quotidienne regrettable pour des millions d’enfants. Les enfants de tous les âges, de tous les sexes, de tous les contextes sociaux et de toutes les nationalités sont battus, agressés sexuellement, torturés et même tués. La violence a lieu chez eux et dans leurs familles, écoles, institutions, lieux de travail et communautés. Les auteurs sont souvent ceux qui sont le plus proches des enfants – leurs parents, leurs tuteurs, leurs enseignants, leurs employeurs, la police et les forces de sécurité – les individus qui sont censés les protéger.

La violence envers les enfants reste un problème mondial fondamental et transversal. DEI crée en permanence des actions visant à prévenir et à combattre la violence à l’égard des enfants dans tous les contextes, en particulier dans le domaine de la justice pour mineurs et plus récemment en mettant l’accent sur la violence sexiste.

DEI a été un partenaire majeur de la collaboration des ONG pour la préparation de l’étude des Nations Unies sur la violence envers les enfants en 2006 et son suivi ultérieur. DEI-IS contribue régulièrement aux travaux du RSSG sur la violence et les enfants. De même, DEI-IS est un membre actif du groupe de travail sur les enfants et la violence de Child Rights Connect. Ce groupe a pour objectif de joindre ses efforts pour plaider en faveur de l’élimination de la violence à l’égard des enfants avec le mécanisme et les organes des droits de l’homme des Nations Unies à Genève et de suivre la mise en œuvre des objectifs de développement durable, en particulier la cible 16.2 visant à mettre fin aux abus, à l’exploitation, à la traite et au trafic, toutes les formes de violence et de torture contre les enfants. DEI-IS est également membre du Partenariat mondial pour mettre fin à la violence envers les enfants et du Conseil international de l’ONG sur la violence à l’encontre des enfants.

L’adoption d’instruments juridiques a progressé, mais certaines des pires formes de violence demeurent légales dans le monde et certaines estimations indiquent qu’au moins un milliard d’enfants subissent chaque année une forme ou une autre de violence (voir: Conseil international des ONG sur la violence Contre les enfants, dix ans après: Progrès mondiaux et retard dans l’élimination de la violence à l’égard des enfants – La rhétorique et la réalité, novembre 2016).

DEI continuera à plaider à tous les niveaux en faveur de l’élimination de la violence à l’égard des enfants, qui restera l’une de ses priorités thématiques à tous les niveaux de la mise en œuvre. Pour obtenir des résultats concrets en matière d’élimination de la violence à l’égard des enfants, DEI se concentre sur:

  • Plaidoyer et lobbying auprès des organes de traités des droits de l’homme, du Conseil des droits de l’homme et de ses mécanismes en vue de l’élimination de toutes les formes de violence à l’égard des enfants au niveau international, par le biais de réunions avec les titulaires de mandat au titre de la procédure spéciale du HCDH, de déclarations orales et écrites, rapports alternatifs à l’Examen périodique universel (EPU), etc.
  • Sensibiliser et inciter les gouvernements à donner suite aux recommandations de l’étude des Nations Unies sur la violence contre les enfants, au niveau international, et renforcer les capacités de nos sections nationales dans leurs activités de plaidoyer aux niveaux régional et national.
  • Sensibilisation aux problèmes cachés de la violence envers les enfants par la rédaction de rapports thématiques et de lettres d’information.

Notre impact 2017

Au niveau national, les sections nationales de DEI travaillent directement avec les enfants victimes de violence, de maltraitance, d’exploitation et de négligence, ainsi qu’avec les enfants à risque et ayant besoin de protection. En 2017, DEI dans le monde entier – des Amériques à l’Afrique et de la région MENA à l’Europe – a soutenu les enfants victimes de violences telles que la violence communautaire, l’exploitation sexuelle à des fins commerciales, la traite, la violence en ligne, le travail des enfants et la violence sexiste.

Au niveau national, les sections nationales de DEI travaillent avec les enfants victimes de violence dans le cadre de divers projets, programmes et activités, notamment en fournissant une assistance directe, un renforcement des capacités, une sensibilisation et un plaidoyer. En Colombie, par exemple, DEI surveille les cas de violence sexuelle à l’encontre de filles autochtones, tandis qu’au Costa Rica, DEI concentre ses activités de lutte contre le travail des enfants dans l’industrie du tabac. De même, DEI au Liban offre des formations aux métiers et des programmes d’éducation pour améliorer les conditions de vie des enfants qui travaillent dans les pires formes de travail des enfants ou qui risquent de l’être. De plus, DEI au Libéria fournit un soutien psychosocial et des services de conseil aux enfants victimes de violence.

Pour en savoir plus sur notre impact dans la lutte contre la violence à l’encontre des enfants, lisez notre rapport annuel 2017 ici.