Les États Parties prennent toutes les mesures appropriées sur les plans national, bilatéral et multilatéral pour empêcher l’enlèvement, la vente ou la traite d’enfants à quelque fin que ce soit et sous quelque forme que ce soit. (Art. 35, Convention de l’ONU relative aux droits de l’enfant)

a) On entend par vente d’enfants tout acte ou toute transaction faisant intervenir le transfert d’un enfant de toute personne ou tout groupe de personnes à une autre personne ou un autre groupe contre rémunération ou tout autre avantage; b) On entend par prostitution des enfants le fait d’utiliser un enfant aux fins d’activités sexuelles contre rémunération ou toute autre forme d’avantage; c) On entend par pornographie mettant en scène des enfants toute représentation, par quelque moyen que ce soit, d’un enfant s’adonnant à des activités sexuelles explicites, réelles ou simulées, ou toute représentation des organes sexuels d’un enfant, à des fins principalement sexuelles […] Les États Parties interdisent la vente d’enfants, la prostitution des enfants et la pornographie mettant en scène des enfants conformément aux dispositions du présent Protocole. (articles 2 et 1 du Protocole facultatif à la Convention relative aux droits de l’enfant, concernant la vente d’enfants, la prostitution des enfants et la pornographie mettant en scène des enfants)

La traite des enfants consiste à traiter les enfants comme un objet aux fins d’exploitation. Non seulement c’est une violation de leurs droits et leur bien-être, mais cela les empêche également d’avoir la possibilité de s’épanouir pleinement. On estime que plus de 1,2 millions d’enfants sont victimes de la traite chaque année.

Les enfants qui ont été exploités ont besoin de protection. Protéger les enfants victimes de la traite consiste à les placer dans un environnement sûr et respectueux de l’enfant, leur fournir un soutien psychosocial et l’accès à la santé et à d’autres services sociaux; mais aussi les aider à réintégrer leurs familles et la communauté, s’il s’avère être dans leur meilleur intérêt.

DEI promeut et protège activement les droits de l’enfant au niveau international. Le Secrétariat International aborde les questions concernant la traite et œuvre directement aux côtés du Rapporteur spécial des Nations Unies sur la traite des êtres humains. Le Secrétariat s’occupe également de manière indirecte d’enfants impliqués dans la traite, car il y en a beaucoup qui finissent privés de liberté. Au niveau national, les travaux de DEI sur l’élimination de la traite des enfants comprennent:

  • DEI-Pays-Bas, en particulier par le biais du réseau ECPAT (EN) (End Child Prostitution And Trafficking), est très impliquée dans la question de la traite des enfants, car les Pays-Bas sont considérés comme une destination de choix pour la traite des enfants et ont également été identifiés comme point de transit pour les enfants victimes de la traite à d’autres fins. Aux Pays-Bas, DEI travaille à l’échelle internationale afin d’éliminer la prostitution et la pornographie enfantines et le trafic des enfants à des fins sexuelles et promeut fortement la sensibilisation et la collaboration autour de ces questions.
  • DEI-Ghana est aussi active dans l’éradication de la traite des enfants. Ainsi, en 2011, en collaboration avec Social Research Associates (SRA), elle a organisé une conférence afin de sensibiliser sur le trafic des enfants des groupes identifiables à Kumasi, une métropole dans la région d’Ashanti au Ghana. DEI-Ghana a également lancé un appel aux médias pour mettre en évidence le problème de la traite des enfants et pour promouvoir la prise de conscience de leurs collègues journalistes et de la communauté en général sur les dangers de ces agissements. Dix localités du Ghana ont bénéficié des projets de lutte contre la traite des enfants mis en œuvre par SRA et DEI-Ghana et financés par l’Organisation Internationale du Travail (OIT).