Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

ONU : un nouveau rapport tient enfin l’armée israélienne et les groupes armés palestiniens pour responsables des violations commises contre les enfants

ONU : un nouveau rapport tient enfin l’armée israélienne et les groupes armés palestiniens pour responsables des violations commises contre les enfants

 

Le Secrétaire général des Nations Unies a ajouté les forces gouvernementales israéliennes et les groupes armés palestiniens à la « liste de la honte ».

 

13 juin 2024 – Il s’agit d’une décision importante et attendue, le Secrétaire général de l’ONU a ajouté les forces armées israéliennes à sa « liste de la honte » pour la première fois. Ce rapport annuel met en lumière un nombre sans précédent de violations graves (une augmentation de 21 %) commises contre les enfants en 2023, et tient les deux parties responsables de leurs actes.

 

Les Nations unies ont vérifié 7 873 violations à l’encontre de 4 247 enfants palestiniens (3 073 garçons, 1 174 filles), en Cisjordanie occupée, y compris Jérusalem-Est (4 853), et dans la bande de Gaza (3 020). Les violations ont été perpétrées par les forces armées et de sécurité israéliennes (5 698), des colons israéliens (51), des auteurs non identifiés (51), les Brigades Al-Quds du Jihad islamique palestinien et d’autres groupes armés palestiniens (20), des auteurs palestiniens individuels (1) et les forces de sécurité de l’Autorité palestinienne (1). En outre, le processus d’attribution concernant les meurtres vérifiés d’enfants palestiniens (2 051) survenus entre le 7 octobre et le 31 décembre dans la bande de Gaza est en cours.

 

Cet ajout dans le rapport du Secrétaire général constitue une étape importante et un pas en avant, attendu depuis longtemps, vers la responsabilisation et la justice pour les nombreux enfants victimes du conflit.

 

D’autres situations de longue date mentionnées dans le rapport ont également connu une augmentation alarmante des niveaux de violence signalés à l’encontre des enfants au cours de l’année écoulée, en particulier dans le bassin du lac Tchad, au Myanmar, au Nigéria et au Soudan.

 

Lire le rapport complet ici

This post is also available in: EN, ES