Notre impact

En tant que mouvement international de promotion des droits de l’enfant, Défense des Enfants International a 47 sections dans le monde entier, avec leurs propres accomplissements.

DEI-Yemen: une des histoires de réussite parmi les plus importantes pour l’École de la démocratie (DEI-Yémen) est le Parlement des Enfants, qui est considéré comme une des meilleures expériences au Moyen-Orient. Le Parlement des enfants a commencé en 2002 et poursuit ses activités aujourd’hui. Les élections ont lieu tous les deux ans dans les écoles de toutes les provinces du Yémen où tous les trois mois, se tiennent des sessions pour discuter d’un certain nombre de questions importantes, la plus importante étant les recommandations de Genève. Additionnellement, les enfants travaillent sur la sensibilisation et des enquêtes pour évaluer la situation des enfants.

DEI-Ghana: avec le soutien du Fonds de contributions volontaires des Nations Unies pour la lutte contre les formes contemporaines d’esclavage, DEI-Ghana a entrepris un projet d’assistance sociojuridique pour améliorer la vie de 41 enfants adoptés illégalement travaillant comme domestiques (29 filles et 12 garçons) à Accra, Kumasi et Akrokerri entre 2000 et 2001. Avec le soutien du Ministère néerlandais des Affaires étrangères, DEI-Ghana, grâce à son projet de centre de défense sociojuridique, a protégé entre 2003 et 2004, les droits de 512 enfants, dont 80% des bénéficiaires étaient des filles, en leur prêtant une assistance sociojuridique.

DEI-Belgique a effectué des séances d’information à travers des actions de sensibilisation et de formation sur les droits de l’enfant destinées au public. En outre, l’organisation a dénoncé les violations graves des droits fondamentaux des enfants et a demander leur arrêt. DEI-Belgique a reçu plusieurs décisions judiciaires pour faire avancer la cause des enfants, à la fois pour assurer leur protection et pour lancer le processus judiciaire afin de prendre les mesures juridiques nécessaires pour faire cesser les violations. DEI-Belgique en collaboration avec d’autres partenaires, y compris l’UNICEF-Belgique, a obtenu des renseignements sur des enfants migrants détenus dans des centres fermés et s’est battu pour le respect de la justice pour mineurs et pour donner la priorité à une réponse éducative. DEI-Belgique est un acteur clé dans la défense des droits de l’enfant en Belgique et grâce à son expertise, est devenu un partenaire des pouvoirs publics. Cette section nationale de DEI a aussi effectué des séances d’information à travers des actions de sensibilisation et de formation sur les droits de l’enfant en dénonçant des violations graves des droits des enfants migrants, lesquels n’étaient pas complètement respectés, à savoir, leur droit aux soins ou d’aller à école et à la garderie. Après cette décision, l’État belge a dû créer les conditions appropriées pour accueillir chaque enfant migrant se trouvant sur le territoire belge.

DEI-Palestine a dénombré, entre autres, que 1405 enfants palestiniens avaient été tués par les forces israéliennes et les colons au cours des 13 dernières années, et que 21 enfants palestiniens avaient été utilisés comme boucliers humains depuis 2004. Les violations commises représentent entre 120 et 140 cas traités par an devant les tribunaux militaires israéliens et entre 80 et 90 cas devant les tribunaux palestiniens. DEI-Palestine forme et prépare environ 160 représentants de la loi, y compris des policiers, des procureurs, des agents de probation et des juges, et habilite et promeut les capacités de quelque 150 organisations communautaires de la société civile en moyenne par an. Parmi ses accomplissements, DEI-Palestine a notamment contribué à l’amélioration de la législation palestinienne en participant au projet de loi relatif à la protection des mineurs et aux amendements à la loi des enfants. En outre, c’est la seule organisation de la société civile à la Commission nationale pour la protection des droits de l’enfant et la seule à être classée par Forbes Moyen-Orient parmi les 30 organismes de bienfaisance les plus transparents dans la région MENA et la deuxième en Palestine.

DEI-Nigeria: Défense des Enfants International – Nigeria a continué à faire de son mieux pour rester pertinente malgré les nombreuses difficultés que rencontrent ses activités. Lors de ces dernières années, DEI a créé un partenariat stratégique avec le Département pour le développement international à travers son Programme d’appui au secteur de l’éducation au Nigeria ainsi que par le gouvernement de l’État de Lagos. Le partenariat, qui entame sa 5ème année, a aidé à placer DEI-Nigeria comme une organisation pertinente en matière de développement de l’éducation et la participation de l’enfant dans ce pays.

DEI-Etats-Unis: La Professeure Michele Goodwin, avec des leaders de la société civile, a créé la branche de DEI aux États Unis il y a deux ans. En 2013, DEI-États-Unis, l’un des membres les plus récents du mouvement DEI, a lancé une campagne pour combattre la violence contre les enfants et pour aborder la question des enfants dans les systèmes de justice pénale. En 2013, DEI-États-Unis a participé à l’organisation de plusieurs congrès sur la traite des êtres humains, le placement et l’adoption d’enfants, le droit de la famille et les droits civils. Par programme, DEI-États-Unis travaillera en partenariat avec des organisations de la société civile afin d’organiser des conférences sur les enfants et la violence. Ces conférences, qui auront lieu en Californie, Chicago et New York, mettront l’accent sur les diverses formes de violence et d’exploitation visant les enfants.

DEI-Maroc travaille sur une série de projets en cours, y compris la mise en place d’un processus médical et psychosocial de réadaptation, dont le but est d’analyser globalement la situation de l’enfant afin de créer une approche individuelle pour chaque cas. Un autre projet a été le Réseau de Jeunes Sans Frontières, qui explore des thèmes comme la citoyenneté, les droits de l’enfant, etc. grâce à la recherche. Actuellement, 30 filles et garçons âgés entre 15 et 25 ans participent aux divers projets de recherche et contribuent au débat national et international sur les droits de l’enfant. En outre, en 2013, DEI-Maroc a lancé le processus d’élaboration d’un rapport alternatif aux troisième et quatrième rapports du Maroc pour la Convention des Nations Unies relative aux droits de l’enfant. DEI-Maroc a contribué à des protestations contre le travail des enfants par le biais de campagnes de sensibilisation sur le meurtre des petites filles.

DEI-Bolivie travaille actuellement sur la mise en œuvre de 6 grands projets dans les départements de La Paz, Cochabama et Oruro, et un au niveau national. Ces projets sont axés sur les questions de prévention contre toutes les formes de violence contre les enfants, les adolescents et les jeunes femmes, la promotion de l’organisation et la participation sociopolitique, ainsi que la présence publique des enfants, des adolescents et des jeunes femmes. DEI-Bolivie travaille également sur la mise en place d’un système national de justice pour mineurs conforme aux normes internationales.

DEI-Suisse, en collaboration avec le Secrétariat International (DEI-SI), participe actuellement dans un programme de justice pour mineurs. Cette section nationale de DEI a également développé une campagne de sensibilisation sur la façon dont le manque des ressources humaines et financières affectées à la justice des mineurs a une influence sur les conditions des enfants en détention. Plus précisément, il a été souligné la manière dont les centres de détention mal équipés ont des conséquences négatives pour les enfants et comment cela viole leurs droits et néglige leurs besoins de protection spécifiques.

DEI-Costa Rica a activement promu le IV Congrès mondial sur les droits des enfants et des adolescents, qui a eu lieu du 12 au 14 novembre 2014 à Puebla, au Mexique, avec l’appui de Save the Children et le Réseau NATIC, avec la participation des représentants d’un large éventail d’associations et d’institutions spécialisées dans les questions relatives aux droits de l’enfant. Ce congrès avait un accent particulier sur la ratification du 3ème protocole facultatif de la CRC et sur la nécessité d’éliminer la violence contre les enfants. Un autre projet de DEI-Costa Rica a été le lancement de la campagne sur « Les 20 engagements civiques pour les droits des enfants et des adolescents » en décembre 2014.

DEI-Pays-Bas milite sans cesse pour les droits des enfants migrants aux Pays-Bas, même si en 2013, un règlement longtemps attendu a été adopté indiquant que les enfants qui ont vécu aux Pays-Bas pendant plus de cinq ans recevront un permis de résidence s’ils n’en ont pas encore reçu un. Bien que cela soit un soulagement pour un grand nombre d’enfants, il subsiste injustement un groupe d’enfants qui ne bénéficie pas de cette mesure. Récemment, DEI-Pays-Bas a pris la charge d’un important projet visant à renforcer la protection des enfants vulnérables à l’exploitation sexuelle. Ceci, ainsi que la décentralisation des services de prise en charge de l’enfance aux gouvernements locaux, nécessitera un suivi continu et exigera sûrement beaucoup d’attention dans les années à venir.