Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Manfred Nowak nommé pour mener l’Etude Mondiale sur les Enfants Privés de Liberté

Communiqué de Presse campaign_logo_for-use

 

Etude Mondiale sur les Enfants Privés de Liberté – En route vers la mise en œuvre

 

Genève / New York. Un réseau mondial d’ONG salue aujourd’hui la nomination de Manfred Nowak en tant qu’Expert Indépendant pour mener l’Étude Mondiale sur les Enfants Privés de Liberté. Les discussions relatives à l’Étude Mondiale se sont tenues depuis l’adoption the la Résolution sur les Droits de l’Enfant de l’Assemblée Générale des Nations Unies, résolution qui a explicitement demandé à ce que cette étude voit le jour (A/RES/69/157 para.51.d). L’Étude se présente comme un instrument clé pour enfin connaitre la situation mondiale des enfants privés de liberté et d’initier un réel changement.

Nowak, professeur de Droit International et Droits de l’Homme et ancien Rapporteur Spécial des Nations Unies sur la Torture, a démontré de manière constante son engagement pour la défense des enfants privés de liberté. Sa nomination par le Secrétaire Général des Nations Unies est chaleureusement saluée par le Panel des ONG relatif à l’Étude, qui est extrêmement confiant quant à l’aptitude de M. Nowak à mener au mieux cette étude. Le Panel des ONG salue également la création d’un Comité Consultatif dont le but sera de guider l’Étude au travers de l’expérience et l’expertise de ses membres. Le Panel des ONG encourage les États à formaliser leur soutien financier pour la réalisation de l’Étude, et notamment pour soutenir la création d’un Secrétariat dédié à l’Étude au sein du Bureau du Haut-Commissaire aux Droits de l’Homme basé à Genève.

L’Etude Mondiale sur les Enfants Privés de Liberté sera de vaste portée et abordera la privation de liberté dans ses diverses formes, en y incluant : les enfants en conflit avec la loi ; les enfants privés de liberté pour des raisons liées à leur santé physique et/ou mentale ainsi que pour des raisons liées à l’utilisation de drogues ; les enfants détenus avec leurs parents ; les enfants détenus dans des centres d’immigration ; les enfants détenus pour des raisons de protection ; les enfants détenus pour des raisons de sécurité nationale ; et bien plus… L’Étude collectera des données tant quantitatives que qualitatives sur la situation des enfants en détention, tout en enregistrant les bonnes pratiques, telles que les mesures non-privatives de liberté et la justice restaurative, qui bénéficient aussi bien l’intérêt premier des enfants que celui de la société toute entière. L’Étude se basera sur une approche collaborative à travers l’implication de différents acteurs tels que des experts et agences des Nations Unies, les États membres, les organisations de la société civile, des académiques et les enfants eux-mêmes.

Défense des Enfants International et Human Rights Watch coordonnent le Panel des ONG [1], qui est actuellement constitué de quatre-vingt-dix-sept ONG qui travaillent à travers le monde sur les différentes formes de privation de liberté des enfants. Le Panel, qui a lancé la campagne appelant une telle étude en Mars 2014, agira en tant qu’interlocuteur permanent pour les organisations de la société civile en participant aux activités clés et en fournissant des informations cruciales au bon déroulement de l’Etude. Le Panel s’enthousiasme de sa participation à l’Etude en collaboration avec les nombreux acteurs impliqués.

Pour plus d’information, merci de visiter le site web du Panel: http://www.childrendeprivedofliberty.info/

Pour contacter le Panel des ONG, y compris les requêtes médiatiques, merci de contacter Anna Tomasi: anna.tomasi@defenceforchildren.org


[1] Le groupe principal du Panel se compose des neuf organisations suivantes: Defence for Children International (DCI); Human Rights Watch (HRW); Child Rights Information Network (CRIN); International Catholic Child Bureau (BICE); International Detention Coalition (IDC); International Juvenile Justice Observatory (IJJO); Penal Reforrm International (PRI); Terre des Hommes International Federation; World Organization against Torture (OMCT).

 


 


 

This post is also available in: EN, ES