Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Le projet UE-Mauritanie transforme la vie de milliers d’enfants victimes de violences sexuelles

Le projet UE-Mauritanie transforme la vie de milliers d’enfants victimes de violences sexuelles

 

Genève 13 décembre 2023

 

La mission à Nouakchott du 10 au 17 novembre 2023 s’inscrivait dans le cadre du projet : « Promouvoir un environnement qui protège les droits humains des enfants et des femmes victimes de violences, notamment sexuelles, dans les wilayas du Hodh El Gharbi et du Dakhlet Nouadhibou ». La mission a été l’occasion de tenir des réunions importantes entre l’équipe locale du projet et les co-bénéficiaires (Défense des Enfants International (DEI) et la Fondation World Service (WSF), avec le partenaire technique et financier du projet (Union Européenne). Cette mission s’est déroulée à la fin de la 3ème et dernière année du projet et a permis à l’équipe d’informer les partenaires des principaux résultats obtenus et d’échanger sur les perspectives de poursuite des actions d’accompagnement des victimes de violences sexuelles dans les deux régions cibles.

 

 

L’équipe chargée des contacts avec les partenaires était composée de Mohamed Lemine Ahmed Seyfer, chef de projet AMSME / EU VBG, Cécile Pilot, représentant le co-bénéficiaire DEI, Susanna Tuccio, représentant le co-bénéficiaire de la WSF, et Launa, stagiaire à l’AMSME sur les violences basées sur le genre. La mission comprenait également un atelier de renforcement des capacités organisé par la World Service Foundation sur l’évaluation et la communication de l’impact du projet, et deux ateliers dirigés par le Secrétariat international de DEI sur les procédures spéciales du CDH des Nations Unies et la politique de sauvegarde de l’enfance. Parmi les participants figuraient le personnel local de DEI-Mauritanie (AMSME).

 

Enfin, l’équipe du projet a rencontré deux partenaires techniques et financiers clés à Nouakchott. En effet, l’équipe du projet a partagé ses importantes conclusions à l’occasion de rencontres institutionnelles avec Médecin du Monde (MDM) – Emilia Noël – Coordinatrice Pays, et la délégation de l’Union Européenne en présence de Mme Cristina Mateu Gallego – Cheffe d’équipe et Assistance Sociale – Section Coopération, et Mohamed Limam Malick, Responsable de Programme, Economie, Commerce et Secteur Privé, Section Coopération – Équipe Economique et Sociale.

 

A travers ce projet de 3 ans, la vulgarisation de la ligne verte pour dénoncer les VBG (en particulier les viols) a donné d’excellents résultats et le projet a mis en lumière l’ampleur du phénomène des VBG en produisant des données pour deux régions. La ligne verte est désormais connue de la plupart des lycéens et de leurs parents à Aioun et Nouadhibou. Nous avons constaté qu’elle permettait de dénoncer des abus et des violences et donc de soutenir les enfants victimes de violences. Au total, la sensibilisation a touché 7 589 personnes à Nouadhibou et Aioun, dont 4 853 filles et 2 736 garçons. Le nombre de personnes touchées, notamment à Aioun (6 779), zone reculée proche du Mali, est très encourageant pour les efforts de sensibilisation dans cette région à forte prévalence de violence et qui ne bénéficiait pas jusqu’alors de structures d’accompagnement aux victimes.

 

DEI et WSF adressent leurs sincères remerciements à l’Union européenne pour son engagement à mettre fin aux violences basées sur le genre et sa contribution à la réussite de ce projet.

This post is also available in: EN, ES