DEI organise une assemblée générale régionale dans les Amériques

Défense des Enfants International (DEI) organise une assemblée générale régionale dans les Amériques et tient à renforcer davantage la protection des enfants et adolescents dans la région.

 

Genève, le 30 Octobre 2018

Les 26 et 27 du mois d’Octobre 2018, les Sections Nationales de Défense des Enfants International (DEI) aux Amériques se sont réunies à Montevideo (Uruguay) pour établir des stratégies communes de défense et promouvoir les droits des enfants et adolescents de la région conformément au Cadre Stratégique de la DEI 2017-2021 adopté lors de l’Assemblée Générale de la DEI en Mars 2017.

Ont pris part à cette séance, des sections nationales précédentes y compris le Secrétariat International de DEI:

 

Directeur Exécutif de DEI: Alex Kamarotos

Chargée du plaidoyer au Secrétariat International de DEI: Helen Griffiths

Vice-président du Bureau Régional Amérique et Représentant DEI Uruguay: Juan Fumeiro

Représentant DEI Bolivie: Enrique Zabala

Représentant DEI Brésil: Mónica Brito

Représentant DEI Colombie: Fernando Sabogal Báez

Représentants DEI Argentine: Norberto Liwski y Mónica Ávila

 

L’objectif de ces assises était de « renforcer la coopération entre les différentes sections nationales du DEI aux Amériques afin d’assurer une meilleure incidence sur la défense et la promotion des droits des enfants et adolescents sur le continent », a déclaré le directeur exécutif de DEI, Alex Kamarotos, qui a co-organisé la réunion avec Juan Fumeiro, vice-président de DEI aux Amériques.

Au cours de cette séance, les sections nationales ont partagé leur vision du contexte régional: le progrès des politiques néolibérales et des politiques régressives qui affectent actuellement plusieurs pays de la région, la réduction de l’investissement social et ses conséquences, telles que le manque de protection sociale, la criminalisation de la pauvreté, la discrimination et le manque de protection des populations migrantes.

Les problèmes concernant les enfants et adolescents de la région ont également été abordés à l’instar de :

  • La situation de pauvreté qui, dans de nombreux cas, devient extrême ;
  • La violence contre les enfants;
  • Le non-respect des droits des enfants et adolescents en désapprobation avec la loi;
  • L’absence de garantie des droits des enfants et adolescents dans des contextes de migration et de conflit

Dans ce contexte, la DEI s’oppose fermement au progrès néolibéral et aux politiques régressives et appelle à la coopération avec les enfants, les autres organisations de la société civile, les gouvernements et les organisations internationales, afin de renforcer les systèmes de protection sociale et garantir ainsi les droits sociaux, économiques et culturels. Cela garantira et favorisera le plein développement des capacités, du potentiel, de l’autonomie et de la responsabilisation des enfants et adolescents pour la jouissance et le plein exercice de leurs droits, en donnant effet à la Convention relative aux Droits de l’Enfant (CDE) – Convention des Nations Unies la plus ratifiée de l’histoire, dans toute la région. Pour amples informations sur les activités de DEI aux Amériques, bien vouloir se référer à la  “Déclaration de Buenos Aires  – La moitié des démunis sont des enfants, la moitié des enfants sont démunis”  interprétée par nos sections aux Amériques à l’occasion des vingt-huit ans de l’adoption de la CDE.

En plus de cette réunion régionale, la secrétaire internationale de DEI, en tant que coprésidente du Groupe Consultatif d’ONG sur l’étude mondiale sur des enfants privés de liberté (GSCDL selon la version anglo-saxonne) et des sections de DEI prenant part à la réunion régionale, a participé à la consultation sous régionale pour la Global Children’s Study co-organisée par le gouvernement de l’Uruguay, l’UNICEF et des organisations locales y afférent DEI-Uruguay.

Au cours de cette consultation, des experts des droits de l’enfant dans la région et des représentants de la société civile ont participé à des discussions approfondies sur la privation de liberté des enfants dans des contextes d’administration de la justice, d’institutionnalisation, de migration et de garde à vue avec leurs parents. Le délégué de l’ Expert Indépendant chargé de l’étude, le professeur Manfred Nowak, Mme. Mary Beloff, a présenté l’état actuel de l’étude mondiale et a participé aux discussions tenues dans le cadre de cet événement. Pour prendre connaissance de l’agenda complet, des objectifs et la méthodologie de cette consultation, veuillez cliquer ici.

Contact Media

Pour plus d’information veuillez contacter Alex KamarotosDefence for Children International
director@defenceforchildren.org
+41 (0)22 734 0558