DEI obtient le statut d’observateur auprès du Comité africain d’experts sur les droits et le bien-être de l’enfant

Communiqué de presse

Genève / Maseru – 12 Mai 2017

Lors de sa 29ème session ordinaire, qui s’est déroulée du 2 au 9 mai 2017 à Maseru, Lesotho, le Comité africain d’experts sur les droits et le bien-être de l’enfant (CAEDBE) a accordé officiellement le statut d’observateur à Défense des Enfants International (DEI)

“C’est une journée historique pour DEI. Nous apprécions la reconnaissance et la place que le Comité nous donne pour nous engager davantage à leurs côtés afin d’aborder les problèmes liés aux droits de l’enfant en Afrique. Grâce à nos bureaux régionaux et nos sections nationales, DEI continuera d’apporter une contribution significative pour le travail du Comité et des États membres de la Charte africaine des droits et du bien-être de l’enfant (CAEDBE)“, a déclaré Abdul Manaff Kemokai, président de DEI et vice-président de DEI Afrique entre 2008 et 2017. 

DEI devient ainsi la 20ème organisation travaillant pour la promotion et la protection des droits et du bien-être de l’enfant en Afrique à obtenir le statut d’observateur.

Abdul Manaff Kemokai, DCI President, speaking before the African Committee of Experts on the Rights and Welfare of the Child on May 2017 in Maseru, Lesotho

Une relation à long terme

Cette décision est perçue comme une récompense pour les solides relations de travail que DEI a développé avec le Comité au cours de cette dernière décennie.

Ces dernières années, DEI s’est particulièrement impliqué dans le processus de notification des pays du Comité et est devenu un acteur crucial du forum des organisations de la société civile (OSC) de CAEDBE. Le forum des OSC est un partenaire clé du Comité qui fournit directement aux experts des informations fiables et des recommandations essentielles pour guider le Comité dans sa prise de décision.

DEI s’est par conséquent positionné comme un partenaire clé du Comité avec lequel il partage régulièrement son expertise, en particulier sur des thématiques spécifiques qui comprennent la justice adaptée aux enfants, les enfants migrants, le trafic d’enfant, la violence contre les enfants, le droit des filles et l’égalité des genres, ou encore les réponses à la dernière crise Ebola.

Dans plusieurs pays africains, DEI a contribué à la mise en place de nouvelles politiques et législations pour protéger et faire avancer les droits des enfants. À cet égard, DEI joue un rôle central pour s’assurer que les États membres du CAEDBE non seulement s’approprient la Charte mais aussi fournissent au Comité un rapport périodique sur sa mise en œuvre.


Un acteur continental

Avec 13 sections nationales présentes sur le continent africain, DEI est devenu un acteur majeur pour influencer les politiques et les changements de pratiques.

En 2011, DEI a organisé avec le African Child Policy Forum (ACPF) la Conférence de Kampala sur la Justice des Mineurs en Afrique, au cours de laquelle ont été présenté des lignes directrices pour l’Administration de la Justice des enfants en Afrique. Ces lignes directrices ont depuis été adoptées par le CAEDBE et sont devenues un outil déterminant pour la mise en œuvre d’une justice adaptée aux enfants sur le continent africain.

Au niveau national, les sections nationales africaines de DEI gèrent des centres de défense socio-juridique afin de fournir aux enfants une série de services socio-juridiques et dirigent le processus rédactionnel de plusieurs législations nationales dont l’objectif est d’améliorer la protection des enfants qui entrent en contact avec la loi.

En Afrique de l’ouest, DEI travaille en étroite coopération avec l’Union du Fleuve Mano (Côte d’Ivoire, Guinée, Liberia, Sierra Leone) pour développer une politique de protection de l’enfant subrégionale, notamment envers les enfants migrants exposés à des risques de maltraitance et d’exploitation.

De plus, le Ghana, le Liberia et la Sierra Leone sont actuellement en train de mettre en place le programme de  l’Alliance du Plaidoyer pour les Filles, un projet international conjoint de 5 ans fondé par le Ministère néerlandais des Affaires étrangères qui a pour objectif de mettre fin à la violence liée au genre et de promouvoir l’émancipation économique des filles et des jeunes femmes. Ce programme se base sur l’expérience du Programme Girl Power, développé entre 2011 et 2015, qui a réussi à impliquer les filles, les acteurs des communautés locales, les agences gouvernementales et d’autres parties prenantes clés dans la promotion des droits des filles et des jeunes femmes.


Un tremplin

Au fil des années, DEI a su prouver son efficacité en s’attaquant aux problèmes du droit des enfants et son influence en insufflant les changements nécessaires à différents niveaux. DEI est particulièrement enthousiaste suite à l’obtention de son statut d’observateur par le CAEDBE qui, au delà de la reconnaissance de la valeur de son travail, représente un tremplin vers des efforts continus pour la promotion et l’amélioration des droits fondamentaux de l’enfant en Afrique.


Informations et renseignements médias:

En Afrique: merci de contacter Abdul Manaff Kemokai, akemokai@dcisierraleone.org

Au Secrétariat International : merci de contacter Johan Vigne, johan.vigne@defenceforchildren.org /

+41 (0)22 734 05 58