Les enfants dans les conflits armés : Grandir pendant la guerre civile au Yémen

Sana’a, Yémen – La guerre civile yéménite a causé des difficultés et des souffrances insurmontables à ses enfants innocents. Certains sont assassinés dans les rues, d’autres sont chargés de collecter de l’eau, d’autres encore apprennent au milieu des décombres des écoles détruites. Si certains enfants sont tués, ceux qui ont survécu sont accablés par la peur en raison de la violence dont ils sont témoins et qu’ils subissent.

Les conflits obligent les enfants à devenir matures beaucoup trop tôt. Ils sont souvent obligés de subvenir aux besoins de leur famille en allant travailler ou mendier dans les rues. Leur éducation s’arrête, leur temps de jeu diminue et leur enfance change de façon irréversible. Le conflit au Yémen affecte tous les aspects de la vie des enfants et jette une ombre sur leur innocence.

Les enfants yéménites souffrent quotidiennement de violations de leurs droits les plus fondamentaux. Les formes de violence auxquelles ils sont confrontés vont de la mort et de la destruction à l’assassinat, aux blessures et au recrutement par des groupes armés, en passant par le travail des enfants, le mariage des enfants et la traite. On estime que 3,2 millions d’enfants et de femmes au Yémen souffrent de malnutrition grave et que 50 % des enfants souffrent d’un retard de croissance permanent. Selon le Bureau de la coordination des affaires humanitaires, quelque 7,4 millions d’enfants au Yémen ont besoin d’une aide humanitaire, ce qui indique une situation humanitaire catastrophique.

Les conflits, les catastrophes naturelles et les migrations séparent les membres de la famille, ce qui fait que certains restent portés disparus pendant une période limitée et d’autres sont perdus à jamais. La communauté des personnes déplacées au Yémen compte au moins 1 200 enfants non accompagnés et enfants séparés de leur famille (MCA 2018). Ceux qui ont été séparés des membres de leur famille et qui ne savent rien de leur sort ont beaucoup de mal à aller de l’avant et à mener une vie normale, car ils recherchent toujours les personnes disparues et espèrent leur retour.

Les conséquences psychologiques supportées par les enfants survivants comprennent, entre autres, les cauchemars, les troubles du sommeil, les sentiments de culpabilité et les changements de comportement social. La violence quotidienne ne perturbe pas seulement leur vie et leur sentiment de stabilité, mais installe également une peur de l’avenir. Les enfants qui perdent leurs parents, leurs frères et sœurs et d’autres membres de la famille perdent également leur sécurité. Sans soutien de famille ou adulte, beaucoup sont obligés de subvenir à leurs besoins.

Une génération entière d’enfants yéménites est confrontée à un avenir incertain et à des opportunités minimes. La possibilité d’une enfance ludique, agréable et paisible a disparu. La destruction des écoles et des espaces publics a également détruit l’espace dans lequel de nombreux enfants établissent des amitiés durables. Réduire les possibilités d’éducation aujourd’hui signifie limiter les possibilités d’emploi futur. Suite à 5 ans de guerre, les enfants yéménites sont même privés du rêve d’une enfance normale et d’un meilleur avenir.