Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Rapport Annuel 2014

2014 fut une année mémorable pour Défense des Enfants International (DEI), notamment marquée par le 35e anniversaire du mouvement mondial pour les droits des enfants. En 2014, DEI a continué son plaidoyer pour la protection et la promotion des droits de l’enfant, tant au niveau international, principalement à travers les activités du Secrétariat international (SI), qu’aux niveaux régional et national, à travers ses 47 sections nationales.

Le rapport annuel de 2014 présente les cinq activités principales de DEI: la campagne visant la concrétisation d’une étude mondiale sur les enfants privés de liberté (GSCDL), le plaidoyer et le lobbying, la sensibilisation, le renforcement des capacités et la recherche et surveillance.

AR2014

La réalisation majeure de DEI-SI a été le lancement officiel de la campagne GSCDL en Mars, à l’occasion de la journée annuelle des droits de l’enfant au Conseil des Droits de l’Homme (CDH). Cette campagne s’établie dans le prolongement de la campagne « No Kids Behind Bars ! », lancée en 2003. Depuis la mise en place de la campagne, DEI a obtenu le soutien de 90 ONGs, d’États membres de l’ONU et d’organismes et experts spécialisés dans les des droits de l’Homme. Le 18 Décembre 2014 a marqué le point culminant de la campagne lorsque l’Assemblée générale des Nations Unies a déclaré officiellement son souhait de voir l’Etude Globale se réaliser (A / RES / 69/157, paragraphe 51.d).

En 2014, DEI a également continué à prôner la promotion et la protection des droits des enfants au niveau international. Le SI et les sections nationales ont participé activement et /ou ont contribué aux diverses sessions des organes conventionnels des Nations Unies sur les droits humains, dans lesquels les questions concernant l’épidémie d’Ebola, les violations des droits de l’enfant dans les territoires Palestiniens occupés, et la mise en œuvre de la Convention sur les droits de l’enfant ont été soulevées. Pendant les sessions du CDH, DEI a (co-)organisé quatre “side-events”: Les enfants affectés dans les conflits armés: la mesure de l’urgence de la protection des enfants en Syrie; Stratégies de réformes dans la justice pour mineurs; Droits de l’enfant assiégés au Moyen-Orient; et les défenseurs des droits de l’enfant: les conséquences fatales. Des rapports alternatifs produits ou coproduits par les sections nationales de DEI ont été présentés devant le Comité des Nations Unies des droits de l’enfant (CDE) et l’Examen périodique universel (EPU) du CDH.

DEI a continué de sensibiliser sur les questions des droits des enfants à l’échelle mondiale à travers l’organisation d’événements, d’efforts de plaidoyer et de lobbying, et en faisant partie de nombreux réseaux de défense des droits de l’enfant. Aux niveaux régional et national, les sections nationales ont continué à organiser des ateliers de sensibilisation et autres activités sur les thématiques de l’éducation, la justice des mineurs et d’autres sujets relatifs aux droits de l’enfant.

DE-SI a également continué de consolider les capacités internes du mouvement pour une meilleure efficacité sur ses différentes zones d’action. Par conséquent, le SI a fourni une assistance et un soutien aux sections nationales de DEI et a organisé des activités de formation pour les membres du mouvement, telles que la formation sur la communication et le plaidoyer organisée pour les membres de la région MENA. Au niveau régional et local, les sections de DEI ont continué à être impliquées dans les activités de formation pour des membres des gouvernement et autres professionnels des services publics, afin de veiller à ce que les droits de l’enfant soient respectés dans tout contexte.

Enfin, bien que l’étude globale contribuera à l’acquisition de données sur la situation des enfants privés de leur liberté dans les prochaines années, les projets en cours menés en Europe et en Amérique latine ont déjà fourni des informations concrètes. Par exemple, le rapport de DEI-Belgique  “Children’s Rights Behind Bars. Human rights of children deprived of liberty: improving monitoring mechanisms” et les activités de l’Observatoire Régional de Justice Juvénile en Amérique Latine ont permis de fournir nombre d’informations nécessaires pour améliorer et protéger les droits des enfants détenus.

Le rapport de cette année est dédié à Camille Kryspin et Hashem Abu Maria Khader. C’est en effet avec grande tristesse que nous annonçons le décès de Camille Kryspin, ancienne responsable du centre de documentation du Secrétariat International à Genève, et la tragédie qui a couté la vie àHashem Abu Maria Khader, abattu alors qu’il manifestait pacifiquement contre la guerre dans la bande de Gaza.

Cliquez ici pour lire le rapport complet. (en anglais)

This post is also available in: ES