Search
Close this search box.

Déprivation de liberté à travers le monde: Brésil

 
 
Le Brésil luttant pour contrôler et endiguer le fléau du crime, les inquiétudes quant au fait que son plan d’action national  ne prenne pas en compte les droits de l’homme sont d’autant plus profondes. Les gouvernements locaux criminalisent les difficultés sociales en exerçant une force politique et militaire, typiquement focalisées dans des zones appauvries où la jeunesse et les enfants sont susceptibles d’être les plus démunis. Dans nombre de ces bidonvilles, les recherches injustifiées et les détentions abusives sont choses communes et cela pour de très jeunes enfants et même de mères enceintes. Pour empêcher le crime, les autorités ne respectent pas la dignité de leurs propres citoyens.
 
A cela s’ajoute qu’en raison du surpeuplement et du manque de personnel, des programmes éducatifs ont validé l’utilisation de traitements  psychiatriques comme moyen de soulager les maux liés à la dislocation de la jeunesse.
 
En 2007, la ville de San Pablo a créé l’Union Expérimentale de Santé. Elle a réuni des adolescents masculins considérés comme antisociaux ou violents. Si la finalité de cette initiative est de mettre en place un accompagnement au cas par cas, le contrôle et le suivi demeurent quasi inexistants.